Les Géants

A Bourbourg (6979 habitants), chef-lieu de canton à 18 kilomètres au sud-ouest de Dunkerque, se déroule une fête régionale très populaire et très ancienne :

A la Saint-Jean, le dimanche de la fête patronale de juin, le cortège traditionnel de Gédéon se déroule parmi une foule enthousiaste. Le clou de la fête est l'arrivée des Géants "Gédéon et Arthurine".

La légende de Gédéon.

gedeon1L a légende de Gédéon est différente suivant les chroniqueurs . En 1382, lors des démélés du dernier comte de Flandre, Louis De MALE, avec les Gantois, dirigés par VAN ARTEVELDE, Bourbourg, Cassel, Bergues, Gravelines, Dunkerque suivaient avec intérét les phases de la bataille . Les Anglais, alliés des Gantois, attendaient une occasion favorable pour ravager cette Flandre qui tentait leur cupidité. Partis de Calais, conduits par Henri SPENCER , évèque de Norwick, ils prirent Gravelines d’assaut (1383). Douze mille hommes du West-Quartier coururent aux armes, livrèrent bataille aux agresseurs près de Dunkerque : le choc fut rude mais les fléches des archers donnèrent la victoire aux Anglais qui entrèrent dans la ville à la suite des fuyards. Bourbourg se rendit, toute la côte (de Gravelines à l’Ècluse), fut livrée au pillage. "Gédéon , lors de ces guerres flamandes sut, avec beaucoup d’adresse et de finesse, cacher aux so ldats de VAN ARTEVELDE les petites cloches, orgueil de Bourbourg et de ce fait, devint un personnage légendaire dans sa ville ! On célébra sa vaillance, sa ruse, on vanta ses prouesses et lorsqu’il s’agit de donner un géant à la ville, qui aurait donc pu posséder autant de titres de noblesse que ce carillonneur, objet de la vénération des Bourbourgeois ?"

Voici une autre version "d’un ami" de Gédéon et Alphonsine rédigée à l’occasion des fêtes de Cassel en l’honneur du Maréchal FOCH, les 7 et 8 Juillet 1928. L’origine de notre géant de Bourbourg "se perd dans la nuit des temps..." comme le proclame la chanson. Néanmoins, il parait probable, suivant une légende qui remonte à la domination espagnole, que Gédéon était dans le courant du XVIIe siècle, le carillonneur de notre Èglise.

De nos jours.

En 1993, Gédéon, Arthurine et Florentine furent entourés d’une garde musicale habillée en mousquetaire. Une phalange de 22 musiciens aux couleurs différentes par pupitre, entraîne nos géants dans une gaieté qui n’a pas de prix. Pour les 100 ans de Gédéon, nos deux géants se refirent une beauté, ils sont fait de bois et d’osier. Depuis quelques années, ils participent de nouveau à des cortèges extérieurs :
Lomme, Chauny, Grande Synthe, Téteghem, Lille, Grand Fort Philippe, Merville, Coudekerque, en Belgique et le 13 Juin 1998 à l’ouverture de la Coupe du Monde de Football à Lens.


Danse des Géants 1930logogedeon
Paroles d’un Ami du Reuze          
Musique de J. Castelein

Dans l’union pour cette fête
Délaissons nos vains soucis

Sans qu’ici rien ne nous arrête
Notre gaieté n’a pas de prix.

Les temps de l’indépendance
Sont par nous continués
Entonnons tous en cadence
Les airs du siècle passé

Cloches vibrez pour notre joie
Cloches sonnez toutes à la fois

Résonne aux échos vainqueurs
Gaie musique du carillon

Sous les doigts du carillonneur
Revît l’âme de Gédéon

Acclamons tous Arthurine
Pour évoquer l’ancien temps

Où les notes argentines
Scandaient la danse des géants

Gé-dé-on.